La Sécu Enregistrer au format PDF

« La Sociale » ou la fabuleuse histoire de la naissance de la Sécu, vendredi 26 janvier 2018 à l’Hôpital d’Arles.

Un film-docu de Gilles Perret à 17h30 à l’Auditorium, au rez-de-chaussée, en présence de Michel Etiévent, historien.

PNG - 212.6 ko

La Sociale, film de Gilles Perret raconte la formidable histoire de la naissance de la Sécurité Sociale, issue du Conseil National de la Résistance, initiée en 1946 par Ambroise Croizat, alors ministre du travail, dans un pays pillé et ruiné à la sortie de la guerre.

En racontant cette étonnante histoire, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 65 millions de Français.

Une œuvre pleine d’émotion, de modernité et d’espoir...

En présence de Michel Etiévent, historien, qui a contribué à la réalisation du film.

Entrée libre. A l’initiative du syndicat CGT de l’Hôpital d’Arles et de l’Union Locale CGT d’Arles.

Co-voiturage possible, se renseigner à l’UL CGT d’Arles (04.90.96.50.27)

En savoir plus et voir la bande-annonce

Lire et diffuser sans modération le flyer :

PDF - 1.4 Mo
Flyer La Sociale CGT Arles 26.01.18

Disponible en version papier à l’UL CGT d’Arles

« La Sociale » ou la fabuleuse histoire de la sécu ! Le nouveau film de Gilles Perret, le 13 décembre 2016 en Arles.

Mardi 13 décembre à 18h30 au cinéma Acres-sud

Complétement d’actualité avec le débat parlementaire sur le budget de la sécurité sociale !

PNG - 100.1 ko

En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 65 millions de Français.

Au cinéma Actes-Sud à l’invitation de l’UNMFT

Résumé :

Il y a 70 ans, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République. Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour. Le principal bâtisseur de cet édifice des plus humaniste qui soit se nommait Ambroise Croizat. Qui le connait aujourd’hui ? 70 ans plus tard, il est temps de raconter cette belle histoire de « la sécu ». D’où elle vient, comment elle a pu devenir possible, quels sont ses principes de base, qui en sont ses bâtisseurs et qu’est-elle devenue au fil des décennies ? Au final, se dresseront en parallèle le portrait d’un homme, l’histoire d’une longue lutte vers la dignité et le portrait d’une institution incarnée par ses acteurs du quotidien.

Consulter le site du film.

Voir la bande annonce.

PDF - 33.4 ko
La presse unanime !

Ambroise Croizat persona non grata : quelle honte !

La plaque apposée avec plusieurs milliers d’arlésiens a été enlevée !

A l’occasion de la manifestation du 5 décembre, qui a connu un grand succès, contre le projet de réforme des retraites et pour la défense de la protection sociale, les manifestants ont apposé une plaque en mémoire d’Ambroise Croizat, Ministre du travail à la libération et fondateur de la Sécurité Sociale à l’entrée du Pôle Services Publics municipaux.

PNG - 181.2 ko
La Provence 06.12.19

(Voir les explications, en fin d’article, sur le compte-rendu de la manifestation arlésienne du 5 décembre)

JPEG - 258.7 ko

Dès le 6 au matin des agents du service des bâtiments communaux de la Ville d’Arles retiraient la plaque. On peut bien sûr penser qu’ils en avaient reçu l’ordre de bien plus haut ! Honte à celui qui a pris cette décision !

Renseignement pris, la décision ne serait pas politique mais viendrait d’un cadre intermédiaire, apparemment zélé !

L’Union Locale CGT intervient donc une nouvelle fois officiellement en direction de la Mairie pour que le lieu soit enfin officiellement dénommé Ambroise Croizat...

Dans cette attente, une plaque factice a été apposée à la place et sera remplacée chaque fois que cela sera nécessaire !

JPEG - 53.9 ko

Face aux exonérations de cotisations patronales, partons à la reconquête de la sécurité sociale ! !

Avec les propositions de la CGT en Vidéo...

Comment faire en sorte que les exonérations de cotisation sociale ne plombent pas plus avant les comptes de la sécurité sociale ? La CGT avance ses propositions.

PNG - 395.7 ko

Financement de la Sécurité sociale 2018 : encore des allègements de cotisations patronales !

Et ce sont les assurés sociaux qui trinquent...

PNG - 92.2 ko

Le 5 décembre dernier, le Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018 a été définitivement adopté. Comme annoncé, il acte le basculement des cotisations « salariés » d’assurance maladie et d’assurance chômage sur la CSG réalisés en 2 fois (au 1er janvier et au 1er octobre), et de l’augmentation de la CSG de 1,7 % intervenant au premier janvier.

Lire la suite et voir la vidéo fort instructive !

La Sécu, un enjeu de société...

Un riche débat organisé par l’Union Départementale CGT des BdR.


Une présentation de Béatrix MARQUES, de CGT CPAM 13, des précisions par des camarades de la fédération CGT des organismes sociaux,,.. Comment, quand et pourquoi la sécu depuis sa création jusqu’à nos jours, subit de telles attaques. Autant de raisons pour organiser sa défense !


Le visionnage est un peu long, avec quelques problèmes de son au début, mais vraiment c’est instructif ! Alors même par épisodes, mieux qu’à la télé, allez jusqu’au bout !!


PNG - 910.7 ko

Le déficit de la Sécurité sociale ? Un mensonge d’Etat !

Dire STOP le 5 décembre...

Le gouvernement et les médias ont donné un écho tout particulier à l’annonce d’un déficit de la Sécurité sociale de 5 milliards, qui justifierait une nouvelle réduction des dépenses publiques. C’est une « fake news ». La Sécurité sociale est en excédent de 11 milliards. Comment mentent-ils ? Et pourquoi ?


PNG - 62.1 ko

« C’est un coup dur pour les finances publiques. » titre le journal Le Monde, « Vers une rechute du déficit, à plus de 5 milliards d’euros » renchérit Les Echos, « Le déficit de la Sécurité sociale replonge de façon spectaculaire en 2019 » diffuse France info, « Après s’être approché de l’équilibre en 2018, les comptes de la Sécurité sociale retombent encore plus dans le rouge en 2019 » répète à longueur de journée BFMTV.


Un excédent de 11 milliards

En réalité, note Henri Sterdyniak des Economistes Attérés, « dans les Comptes des Finances Publiques on constate que la Sécurité sociale a un excédent de 11 milliards d’euros ». Comment expliquer ce hiatus ? C’est relativement simple expose l’économiste : « L’Etat impose à la Sécurité sociale de contribuer au remboursement de la Dette sociale accumulée pendant la crise financière (…) en 2019 la Sécurité sociale s’est désendettée de 11 milliards » correspondant à son excédent et il poursuit : « Mais l’Etat ne comptabilise pas cet effort quand il établit le solde de la Sécurité sociale ».


D’où vient le déficit de 5 milliards ?

Les causes de déficit seraient dues, selon le gouvernement, au financement des mesures dites « gilets jaunes » et à une explosion des dépenses sociales. Il n’y a pas d’explosion des dépenses sociales : en 2019 elles ont augmenté de 2,2 % par rapport à 2018, soit nettement moins que le PIB qui augmentait de 2,7 %. La dette de la Sécurité sociale qui était de 10 % du PIB en 2012 va passer à 7,6 % en 2020.

Ce n’est donc pas du côté des dépenses qu’il faut chercher les raisons de ce déficit, mais du côté des ressources. Le gouvernement a en effet décidé de ne pas compenser les exonérations de cotisations sociales et les allègements qu’il a dû consentir face à la colère des retraités et au mouvement des gilets jaunes et de les faire payer à la Sécurité sociale : hausse de la prime d’activité (1,2 Mds), exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires (1,9 Mds), annulation de la hausse de la CSG pour les retraités ayant des revenus inférieurs à 2 000 euros (1,5 Mds), baisse du forfait social (0,6 Mds), soit au total environ 5 Milliards.


Pourquoi créer un déficit ?

Selon la loi dite « Veil » du 25 juillet 1994, l’Etat a l’obligation de compenser le coût des exonérations de cotisations sociales. En 2018 et particulièrement dans le PLFSS 2020, le gouvernement décide de passer outre et de créer un déficit de la Sécurité sociale purement artificiel, en ne compensant pas les exonérations et les allègements accordés. En définitive le gouvernement fait payer aux assurés sociaux que nous sommes le coût des mesures qu’il nous a chichement accordés.

Mais c’est une manœuvre à double détente avec un deuxième objectif, central celui-là : « Le discours sur le déficit sert à justifier la réduction des prestations sociales » confirme Henri Sterdyniak.


Réduire les prestations sociales

En trois ans le pouvoir d’achat des prestations familiales a baissé de 2 %, celui des allocations logement de 3 %, celui des retraités dont le revenu est inférieur à 2000 € de 2,3 % et celui des retraités dont le revenu est supérieur à 2000 € de 5 %.

Cette année encore il veut économiser 4,2 milliards sur les dépenses de santé, avec un budget qui n’augmentera que de 2,1% alors que la simple reconduction des moyens nécessiterait plus de 4%. Des économies supplémentaires de 900 millions d’euros sont demandées à l’hôpital public déjà au bord de la rupture.


Dire stop le 5 décembre

Face à cette volonté d’Emmanuel Macron et de son gouvernement de démanteler la Sécurité sociale afin de réduire au minimum les prestations sociales et de justifier la privatisation rampante du secteur de la santé, il faut nous rassembler et nous associer nombreux à la journée de grève et de manifestions du 5 décembre.


Pascal Santoni (UCR-CGT)

Le fabuleux film de la fabuleuse histoire de la Sécu, encore à l’écran jusqu’au 20 décembre !

Au cinéma Actes-Sud, Arles

Salle comble pour la première projection arlésienne ce mardi 13 décembre. Beaucoup d’émotion. Applaudissements à la fin ! L’histoire comme on l’aime et nous en privent les médias et manuels scolaires...

PNG - 128.7 ko

Et bien sûr le rôle déterminant de la CGT !

Notre précédent article sur le même sujet

L’arnaque de la suppression des cotisations sociales...

Baisser ou supprimer les cotisations sociales, c’est baisser les salaires !

Démonstration en vidéo de l’UD CGT 13

Notre système de santé et de protection sociale est en danger ! Rassemblement Marseille 8 novembre 2016

MOBILISONS-NOUS TOUTES ET TOUS LE MARDI 8 NOVEMBRE 2016 !

PNG - 32.2 ko

Comme chaque automne le débat sur la loi de Financement de la Sécurité Sociale a lieu. Et une fois encore, la CGT ne peut que s’opposer aux coupes claires qui vont être réalisées dans les dépenses de la protection sociale, contrairement aux effets d’annonce de la Ministre de « comptes soi-disant équilibrés ».

Pour peser sur le débat parlementaire, le budget de la Sécu ne doit pas se discuter sans nous !

Lire et diffuser l’appel de la CGT santé :

PDF - 1 Mo
Plus d’argent pour la sécu appel CGT 08.11.16

Lire et diffuser l’appel au rassemblement à Marseille le 8 novembre :

PDF - 593.6 ko
Pour la sécu Appel CGT Marseille 08.11.16

Lire le communiqué de la CGT du 25 octobre 2016

PLFSS 2021 : la santé, toujours pas une priorité, malgré les apparences !

La gestion chaotique de la crise sanitaire par le gouvernement crée de l’inquiétude et de la colère alors que, dans le même temps, les vrais problèmes ne sont pas traités...

Lire la suite du communiqué de la CGT :

PDF - 305.4 ko
CP-CGT-PLFSS-2021

STOP AU PILLAGE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE !

« Heureusement qu’en France on a la Sécurité sociale ! » a-t-on souvent entendu dire ces derniers mois. Elle a permis d’amortir le choc sanitaire, mais elle aurait pu être plus efficace encore et éviter des décès si elle n’avait pas été affaiblie depuis des décennies. Pourtant le gouvernement s’apprête à réduire de nouveau les services qu’elle rend au pays, en la privant de ressources au nom de la crise sanitaire.

Lire la suite du communiqué de l’Union Confédérale des Retraités CGT :

PDF - 358 ko
Stop pillage Sécu UCR CGT juin 2020